Eprouver le risque "alcool et grossesse" entre recherche, clinique et santé publique

Schnegg, Céline (HESAV Haute Ecole de Santé Vaud, HES-SO Haute école spécialisée de Suisse occidentale)

La thèse s’intéresse au risque lié à la consommation d’alcool pendant la grossesse, tel qu’il est concrétisé dans les arènes de la recherche, de la clinique et de la santé publique en Suisse romande. Elle est basée sur une démarche ethnographique, combinant l’analyse de plusieurs types de matériaux – publications scientifiques, articles de presse, feuillets de prévention, observations, entretiens avec des professionnel·le·s concerné·e·s. Plus précisément, l’investigation suit une approche d’inspiration pragmatique pour analyser les diverses manières dont les professionnel·le·s éprouvent le risque « alcool et grossesse ». Les épreuves ont surtout lieu sur la périphérie incertaine du risque. Elles concernent les effets d’une consommation modérée d’alcool pendant la grossesse, que les professionnel·le·s se refusent à extrapoler à partir du noyau dur, le syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) associé à des consommations massives. Alors que le risque « alcool et grossesse » est éprouvé à partir de normes, de valeurs et de techniques propres aux trois arènes considérées, coexistent des définitions à géométrie variable du risque, de même que des attributions différenciées des causes et des responsabilités. Si le risque, généralisé à toute consommation sur la base du principe de précaution, atteint son étendue maximale dans l’arène de la santé publique, il est réduit au SAF et aux manifestations visibles d’alcoolisme maternel dans la clinique. L’absence de continuité/coïncidence entre les épreuves qui ont lieu dans les différentes arènes peut expliquer que le risque n’émerge pas en tant que problème public en Suisse romande : son instabilité rend impossible la constitution d’une expérience parentale qui serait pourtant nécessaire à sa survenue dans l’espace public, comme le montre le cas français. A cet égard, cette thèse souligne l’importance de ne pas considérer a priori les problèmes de santé publique comme des problèmes publics. Elle insiste également sur la pertinence d’articuler une réflexion en termes de tangibilité, d’expérience et de publicisation du risque.

The dissertation focuses on the risk associated with alcohol consumption during pregnancy, as it is experienced in the research, clinical and public health arenas of French-speaking Switzerland. It is based on an ethnographic approach combining the analysis of several types of materials – scientific publications, press articles, prevention leaflets, observations, interviews with a range of professional actors. More specifically, the investigation follows a pragmatic approach in order to analyze the various ways in which the risk of "alcohol and pregnancy" is experienced within different professionals. The uncertain boundaries of the risk of alcohol consumption during pregnancy provide the basis for comparison. These concern the effects of moderate alcohol consumption during pregnancy, which professionals refuse to extrapolate from the hard core, fetal alcohol syndrome (FAS) that is associated with massive consumption. While the "alcohol and pregnancy" risk is elaborated on the basis of the norms, values and techniques specific to the three arenas under consideration, there are also variable definitions of risk, as well as varying attributions of causes and responsibilities. Under a principle of precaution, the risk, extended to any alcohol consumption during pregnancy, covers the broadest scope in the public health arena, whereas it is reduced to the FAS and visible manifestations of maternal alcoholism in the clinical domain. The lack of continuity/coincidence between the evaluation procedures within the different arenas may explain why the risk has not become a public problem in French-speaking Switzerland. A first-hand experience of the risk appears as a pre-condition for its emergence as public problem, as in the French case, but not in Switzerland. This thesis thus underlines the importance of not automatically conflating public health and public problems. Furthermore, it stresses the relevance of considering together the tangibility, experience and publicization of risks.


Faculté:
Santé
Ecole:
HESAV
Institut:
Unité de recherche en santé, HESAV
Type de travail:
Thèse
Classification:
Santé
Adresse bibliogr.:
Lausanne, Université de Lausanne
Date:
2018-10
Lausanne
Université de Lausanne
Pagination:
423 p.
Directeur:
Prof. Nicky Le Feuvre, Prof. Claudine Burton-Jeangros
Ressource(s) externe(s):
Ressource(s) externe(s):
Le document apparaît dans:



 Notice créée le 2019-05-15, modifiée le 2019-06-14


Évaluer ce document:

Rate this document:
1
2
3
 
(Pas encore évalué)