Évaluation de l'impact des activités humaines d'exploitation forestière et de loisir sur le risque de propagation du virus de la peste porcine africaine : première élicitation d'experts

Petit, Karine (Anses, Unité Uersaba, Maisons-Alfort, France) ; Dunoyer, Charlotte (Anses, Unité Uersaba, Maisons-Alfort, France) ; Fischer, Claude (Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève (hepia), HES-SO // Haute Ecole Spécialisée de Suisse Occidentale) ; Hars, Jean (ONCFS, Direction de la recherche et de l'expertise, Unité sanitaire de la faune, Gières, France) ; Baubet, Eric (ONCFS, Direction de la recherche et de l'expertise, Unité ongulés sauvages, Birieux, France) ; Lopez-Olvera, Jorge Ramon (Service d'écopathologie de la faune sauvage, Université autonome de Barcelone, Barcelone, Espagne) ; Rossi, Sophie (ONCFS, Direction de la recherche et de l'expertise, Unité sanitaire de la faune, Gap, France) ; Collin, Eric (Clinique vétérinaire, Ploeuc sur lié, France) ; Le Potier, Marie-Frédérique (Anses, Unité de virologie et immunologie porcine, Laboratoire de Ploufragan/Plouzané/Niort, Ploufragan, France) ; Belloc, Catherine (BIOEPAR, INRA, Oniris, Nantes, France) ; Peroz, Carole (BIOEPAR, INRA, Oniris, Nantes, France) ; Rose, Nicolas (Anses, EPISABE, Laboratoire de Ploufragan/Plouzané/Niort, France) ; Vaillancourt, Jean-Pierre (Faculté de médecine vétérinaire, Université de Montréal, St-Hyacinthe, Québec, Canada) ; Saegerman, Claude (Universtié de Liège, Centre FARAH, Liège, Belgique)

En Europe, le virus de la peste porcine africaine (PPA) est à l’origine d’une des maladies infectieuses transfrontalières les plus menaçantes pour les porcs domestiques et les sangliers, avec de sérieuses conséquences pour leurs populations et l’économie. Depuis sa détection en Belgique, en septembre 2018, la France a mis en place des mesures de gestion tout en s’interrogeant sur leur impact sur les mouvements de sangliers et le risque lié de propagation du virus de la PPA. Pour répondre à cette problématique, l’Anses a conduit la première élicitation connue d’experts sur le sujet. L'importance relative de facteurs de dérangement des sangliers a été évaluée. L'impact possible d’activités humaines sur les mouvements de sangliers a été estimé selon une approche stochastique, afin de saisir la variabilité d'un large éventail de conditions territoriales et l'incertitude liée à l’élicitation d’experts. Une analyse par arbre de régression a permis de regrouper les activités selon le dérangement qu’elles engendraient chez les sangliers. La modification de l'environnement du sanglier et l’envahissement de l'espace apparaissent comme les facteurs les plus dérangeants pour les sangliers et par conséquent les activités humaines ou forestières agissant sur ces facteurs : éclaircissement de parcelles par engins, coupe de bois (abattage de gros arbres), débardage et ramasseurs de champignons/bois de cerf. Les résultats de cette élicitation d’experts sont particulièrement importants pour les gestionnaires et les parties prenantes impliqués dans la crise de la PPA en Europe.


Keywords:
Article Type:
scientifique
Faculty:
Ingénierie et Architecture
School:
HEPIA - Genève
Institute:
inTNE - Institut Terre-Nature-Environnement
Date:
2019-05
Pagination:
9 p.
Published in:
Épidémiologie et santé animale
Numeration (vol. no.):
2019, vol. 76, pp. 67-75
Appears in Collection:

Note: The status of this file is: restricted


 Record created 2020-07-14, last modified 2020-10-27

Fulltext:
Download fulltext
PDF

Rate this document:

Rate this document:
1
2
3
 
(Not yet reviewed)