Recours à l'imagerie lors de la prise en charge de lombalgies aiguës : recommandations et directives internationales

Meier, Juliette (Haute école de sante, HES-So Fribourg) ; Vaucher, Paul (Haute école de sante, HES-So Fribourg)

État des connaissances : L’utilité de l’imagerie médicale lors de lombalgie commune a été remise en cause durant les 15 dernières années. Aujourd’hui, il est admis que l’imagerie reste une exception à n’utiliser qu’en cas de présence de « red flags ». Force est de constater que la pratique peine à suivre ces recommandations avec 1/3 des examens faits inutilement et 60 % des patients présentant des signes justifiant l’imagerie qui n’y ont pas recours. Objectifs : Ce Masterclass vise à résumer les recommandations actuelles en matière de délégation pour imagerie lors de lombalgie commune aiguë. Recommandations : Vu le nombre impressionnant de faux positifs en imagerie médicale (> 80 %) et le manque de plusvalue clinique en première ligne de traitement, il est utile d’expliquer aux patients les raisons pour lesquelles il est contre-productif de recourir à de l’imagerie en absence de signes évoquant une fracture, une infection, une néoplasie, ou une neuropathie avec des signes neurologiques avancés. Conclusion : Durant les six premières semaines, le recours à l’imagerie lors de lombalgies aiguë devrait rester exceptionnel.

State of knowledge : The added value of medical imaging for patients with acute low back pain has been questioned for the past 15 years. Today, it is accepted that imaging remains an exception to be used only in the presence of «red flags». However, practice is struggling to follow these recommendations as 1/3 of examinations are performed unnecessarily and 60 % of patients presenting signs that justify imaging are not investigated. Objectives : The aim of this Masterclass is to summarize the current guidelines in terms of recommendation for imaging in common acute low back pain. Recommendations : Considering the remarkably high number of false positives in medical imaging (> 80 %) and the lack of added clinical value of imaging in first-line treatment, it is useful to explain to patients why it is counterproductive to use imaging in the absence of signs of fracture, infection, neoplasia, or neuropathy with advanced neurological signs. Conclusion : During the first 6 weeks, the use of imaging in acute low back pain should remain exceptional.


Keywords:
Translated Title:
Use of imaging in the management of acute low back pain - international recommendations and guidelines
Article Type:
scientifique
Faculty:
Santé
School:
HEdS-FR
Institute:
Recherche appliquée et développement Santé HEDS-FR
Date:
2020-03
Pagination:
5 p.
Published in:
Mains libres
Numeration (vol. no.):
2020, no. 1, pp. 39-43
ISSN:
1660-8585
External resources:
Appears in Collection:



 Record created 2021-01-21, last modified 2021-01-21

Fulltext:
Download fulltext
PDF

Rate this document:

Rate this document:
1
2
3
 
(Not yet reviewed)