La maison tremble : l’habitation reflet de la psyché de ses occupants

Midal, Alexandra (HEAD - Genève, Haute école d'art et de design, HES-SO // Haute école spécialisée de Suisse occidentale)

À Los Angeles, le 15 janvier 1947, Betty Bersinger, découvre le corps exsangue et mutilé d’une femme sur le chemin qui longe Leimert Park. Elizabeth Short, 22 ans, git dans une mise en scène macabre. Surnommée le Black Dahlia, le mystère de son assassinat est encore une énigme aujourd’hui. Selon Steve Hodel, inspecteur de police retraité, les faisceaux de preuves désignent sans aucun doute possible, George Hodel, son père, amateur d’art et partenaire de débauche de Man Ray à ses heures. Au cours de ce mois de janvier 1947, Hodel vit depuis deux ans avec sa femme dans une vaste maison de 8 000 m² située au 5121 Franklin Avenue réalisée par l’architecte L. Wright Jr. qui y a rendu manifeste ses deux obsessions : l’architecture expressionniste empruntée aux plateaux de cinéma et l’architecture vernaculaire meso-améridienne. Si d’après Mark Nelson et Sarah Hudson, Hodel a conçu ce meurtre comme une œuvre d’art « cadavre exquis » et un hommage au mouvement surréaliste qu’il admirait tant, le lieu où ce meurtre a pris place dépasse la notion classique d’antre et de refuge et se dévoile comme une architecture de la hantise.


Keywords:
Conference Type:
abstract
Faculty:
Design et Arts visuels
School:
HEAD - Genève
Institute:
HEAD Institut de recherche en art et en design - IRAD
Publisher:
Bordeaux, CAPC Musée d'art contemporain
Date:
2016-02
Bordeaux
CAPC Musée d'art contemporain
Published in:
Théorie visuelle : Fun + Serious
External resources:
Appears in Collection:



 Record created 2021-03-24, last modified 2021-06-23


Rate this document:

Rate this document:
1
2
3
 
(Not yet reviewed)