We never sleep

Midal, Alexandra (HEAD - Genève, Haute école d'art et de design, HES-SO // Haute école spécialisée de Suisse occidentale) ; Ricupero, Cristina (Ed.) ; Dohm, Katharina

Le pouvoir de fascination des récits d’espionnage constitue depuis toujours une source d’inspiration artistique, on ne s’étonnera donc pas de voir tant d’artistes du monde entier traiter dans leurs œuvres des stratégies du secret. Car le charme glamour avec lequel les espionnes et les espions sont présentés dans la culture populaire n’a d’égal que la nature explosive pour la société des informations qu’ils recueillent clandestinement. Si des individus ou des états ont été par le passé espionnés par des gouvernements, ce sont les citoyens à l’ère de la communication numérique qui rendent publics les secrets d’état, ou les lanceurs d’alerte qui dénoncent l’espionnage de la population par son gouvernement. Les artistes contemporains de leur côté traitent dans leurs œuvres différentes composantes de l’espionnage tels la surveillance, la paranoïa, la menace et le camouflage, la cryptographie, la manipulation, le sang-froid et la trahison. De multiples stratégies artistiques et objets surprenants présentent « l’âge d’or » de l’espionnage pendant la Guerre froide et la manière dont il est aujourd’hui jugé à la lumière des médias.


Keywords:
Faculty:
Design et Arts visuels
School:
HEAD - Genève
Institute:
HEAD Institut de recherche en art et en design - IRAD
Publisher:
Frankfurt, Schirn Kunsthalle
Date:
2020-09
Frankfurt
Schirn Kunsthalle
Pagination:
184 p.
ISBN:
9783864423185
Appears in Collection:



 Record created 2021-03-24, last modified 2021-05-05


Rate this document:

Rate this document:
1
2
3
 
(Not yet reviewed)